Les options autour du crédit immobilier

Durant la durée d’un crédit immobilier, qui se situe entre 12 à 30 ans environ, l’emprunteur peut procéder à la modification de son contrat. Soit il effectue une renégociation de crédit, soit il va opter pour un rachat de crédit en vue de lancer un nouveau projet. Les taux de crédit en cours depuis 15 mois favorisent d’ailleurs les négociations de crédit immobilier actuellement.

Simulation pret immobilier

Les principes du crédit immobilier

Un crédit immobilier sert à financer l’achat ou la construction d’un bien immobilier (terrain, maison, logement). Si les banques proposent des formules adaptées aux besoins des emprunteurs, la loi a réglementé aussi l’accès aucrédit immobilier, de manière à favoriser l’accession à la propriété immobilière à chaque foyer. Ainsi, à côté d’un crédit immobilier, l’emprunteur peut bénéficier d’un Prêt à Taux Zéro (PTZ) ou d’un Prêt à l’Accession Sociale (PAS), ou encore au Prêt 1% patronal ou à un Prêt Epargne Logement, sous la forme d’un Plan Epargne Logement (PEL) ou d’un Compte Epargne Logement (CEL), etc.

Bien souvent, un crédit immobilier est assorti d’une prise d’hypothèque sur le bien à acquérir, ce qui constitue la garantie de remboursement pour l’établissement prêteur. Outre l’hypothèque, qui engendre des frais à la charge du débiteur, notamment l’intervention du notaire, la caution de mutuelle se présente aussi comme garantie du crédit immobilier. Dans ce cas, l’emprunteur contribue à un fonds mutuel de garantie, pour une valeur comprise entre 1,5 et 3% du crédit immobilier. La commission de caution, estimée à 0,50% du montant de crédit plafonné, fait partie également du dispositif. La caution de mutuelle est avantageuse pour l’emprunteur qui évite les frais de notaire et peut récupérer une partie importante des frais lorsque le crédit est terminé.

A noter aussi que le crédit immobilier peut être assorti de taux fixe ou de taux variable. De plus, le remboursement anticipé d’un crédit immobilier déclenche des pénalités fixées à 3% maximum du capital restant dû.

pret hypothecaire

La renégociation du crédit immobilier

Les taux de crédit immobilier continuent leur recul depuis plus d’une année. Au mois d’avril 2013, la moyenne des taux d’intérêts d’emprunts immobiliers se situait à 3.00%. De manière détaillée, les financements de logements neufs se situent 2.98% contre 2.99% pour financer de l’ancien, et pour les emprunts pour travaux, les taux d’intérêts sont de 3.04%. Dans ce contexte, obtenir un taux de 2.60% pour une durée de 15 ans ou de 3.00% sur 25 ans devient possible désormais.

C’est pour cette raison que la plupart des personnes ayant souscrit un crédit immobilier envisagent une renégociation de crédit. En d’autres termes, elles mettent fin à leur crédit en cours, en négociant avec leur banque l’application du nouveau taux, plus avantageux. Avant la conclusion de cette opération, il faut savoir que des frais seront engagés. Si la banque refuse, il faudra passer à la concurrence et payer divers frais : les indemnités de remboursement anticipé, soit 3% du capital restant, 2% pour la garantie et 1% pour les frais de dossier. Il reste que la renégociation de crédit permet d’accéder à un prêt supplémentaire, et qui sait, c’est l’occasion d’effectuer ou de terminer des travaux.


Le rachat de crédit immobilier pour financer des travaux

Le financement de travaux peut être réalisé avec un rachat de crédit immobilier. En appliquant un taux plus avantageux à son crédit, l’emprunteur peut en effet bénéficier d’un prêt supplémentaire. Qu’il regroupe ou non d’autres crédits de consommation avec son prêt immobilier, le rachat de crédit immobilier fournit à l’emprunteur un surplus d’argent. Soit sa mensualité diminue, soit il réalise des économies conséquentes sur son crédit immobilier, cet argent lui permet de financer des travaux d’aménagement. Une piscine, une véranda ou un jardin sont des investissements immobiliers agréables à vivre. Le rachat de crédit travaux pour une résidence principale ou secondaire, qui met en place un taux intéressant et une rallonge de l’échéance finale, permet au débiteur de réaliser de nouveaux projets.